jeudi 19 janvier 2023

COMME TOUT LE MONDE

COMME TOUT LE MONDE

J'ai eu des problèmes, des obstacles, des dilemmes, des déceptions, des colères, des dépressions, des impasses, des échecs, des abus, des traumas, des dérapages, des deuils, des trahisons, des avortements, des treks à contre-vent, des chutes dans des ravins, des déserts sans fin
Toutes sortes d'entailles du temps dans l'âme et la chair
Plus ou moins visibles, plus ou moins admissibles, plus ou moins définitives
Comme tout le monde

Et comme tout le monde
J'ai utilisé les stratégies que je connaissais
Les [à priori] plus simples, les [à priori] plus efficaces, les [à priori] plus conformes
J'ai utilisé les stratégies immédiates et animales
Plus ou moins durables et plus ou moins louables
En tout cas pratiques
En tout cas celles que j'avais dans mon cartable
Et que tout le monde aussi en fait

Souvent par instinct ou par réflexe ou peu importe
Toujours par tentative de rester debout ou quasi
Jamais par sadisme ou volonté d'y toucher

Des stratégies d'humaine peu éclairée qui rampe dans la nuit
Comme tout le monde
Le déni, la résignation, la victimisation, la rancune, la sanction, l'indifférence, la vengeance, la fuite, la rupture, la plainte, l'orgueil, le mensonge, l'abandon, la résistance, le chantage, l'oubli, le conflit, l'hypocondrie, les fugues, les phobies, l'insomnie

Mais aussi des méthodes plus douces et [encore] tout autant conformes
Comme tout le monde
Le dialogue, les lettres, les négociations, les compromis, la remise en question, la patience, l'art, l'espoir, la prière, l'évasion, le pardon

Des stratégies parfois [souvent] accompagnées de palliatifs
Des palliatifs plus ou moins glorieux, plus ou moins conscients, plus ou moins prescrits, plus ou moins performants
Comme tout le monde
L'hyperactivité, la consommation, l'humour, les drogues, les dépenses, le sucre, l'aspirateur, le shopping, les médocs, les projets, les manucures, l'ambition, la TV, la séduction, la reproduction
Comme tout le monde

COMME TOUT LE MONDE

C'est ce que j'ai toujours cru
Que je faisais comme tout le monde
Et que c'était la meilleure façon de faire
Et que c'était la seule façon de faire
Comme tout le monde

Je sais aujourd'hui que non
Je sais que j'ai pas fait comme tout le monde
Je sais que j'ai pas QUE fait comme tout le monde
Je sais que j'ai AUSSI fait d'une autre manière
La mienne
Une manière moins académique et plus frontale
Une manière moins confortable et plus vraie
Une manière inventée à l'aveugle
Et je la voyais pas
Et je pouvais pas la voir
Et je voulais pas au fond
J'avais peur

COMME TOUT LE MONDE

Comme tout le monde j'avais peur
De [re]connaître mes autres stratégies
Celles qui t'éjectent du sentier
Celles qui te donnent l'air d'errer
Comme une allumée ou une sorcière ou un vase fêlé à deux pattes

Mes autres stratégies
Si taboues qu'elles se sont planquées dans les branches de ma norme
Comme tout le monde
Les médiums, les magnétiseurs, la médecine holistique, les prières aux anges, le Tarot en ligne, la numérologie, les échanges avec les morts, les échanges avec mon utérus, les programmes chelous qu'on met pas dans les cartables
Tout ce qui regarde la connexion, l'intuition, la spiritualité
La FOI

Mais aussi des stratégies [encore] plus classiques et [encore] tout autant taboues
La psychothérapie, le coaching, l'EMDR, l'hypnose, les séminaires, les retraites, les exercices de groupe, la dissection des rêves, l'homéopathie, la phytothérapie, la pensée positive, la création, la méditation, l'ostéo, le rayon développement perso
Comme [un peu] tout le monde

Et j'avais peur quand même
De les assumer [vraiment]
De les partager [franchement]
De les honorer [simplement]

C'est con
J'ai douté d'elles c'est con
Parce que je leur dois ma verticale
Sans aucun doute
Parce que je leur dois d'être moi comme ça
Sans aucun doute
Et pas comme tout le monde
Sans aucun doute
Parce que je leur dois ma vie PAS comme tout le monde
Et que c'est sans aucun doute PAS comme tout le monde
Que je me tiens ce jeudi devant l'écran
À fumer une clope au lit
Avant de checker ce que je vais cuisiner demain à mon fils
Pour ses 19 ans

COMME TOUT LE MONDE



**✿❀ ❀✿**

mardi 10 janvier 2023

LE KALLISTE #EXPÉRIENCE CULINAIRE ****

 ⚠️ Bon plan anniversaire de mariage ou St Valentin

✨LE KALLISTE✨

Ravissante Cafétéria déguisée en restaurant
Qui ravira petits et grands 🙌

➹ À faire absolument :

le circuit de la fresque provençale menant du Crédit Agricole aux WC ➡️ Syndrome de Dépaysement Euphorique garanti

À éviter absolument :

la carte des poissons épileptiques en provenance des aquariums ➡️ Syndrome de Stress Post-digestif  garanti

★ NDLR : commander directement l'inverse de son choix, ça ira plus vite question choix initial

▪️Centre Commercial Carrefour Lingostière
▪️606 Bd du Mercantour, 06200 Nice
▪️Du lundi au dimanche sauf le dimanche
▪️Parking Fenshui
▪️Vue Station Service ou Brico Dépôt sur réservation uniquement
▪️Idéal pour rupture à l'amiable




#kiff gastro
#kiff déco
#kiff ambiance
#kiff d'enfance

🍟🐠🥤👨‍👩‍👧‍👦🍨🐟😋

lundi 9 janvier 2023

Claude LEMESLE Forever

9 novembre 2010
IL m'appelle
IL me dit qu'il vient de me lire
IL me dit qu'il aime
IL me dit qu'il souhaite suivre mon travail
IL me dit qu'il s'excuse d'avoir emprunté mon numéro
Et IL me dit À bientôt. 

Moi je me dis juste: qui est-IL ? 
IL
C'est lui
CLAUDE LEMESLE
Légende de la chanson française
IL est passionné
IL est passionnant
Et surtout
Depuis 12 ans
IL est toujours là
À poser des étoiles
Dans ce ciel parfois si insondable

Quel bonheur
De commencer une année
Avec une étoile de plus
Pour l'éclairer

。・:*:・゚★,。・:*:・゚☆


Portrait Podcast 
DANS LA PEAU D'UN AUTEUR
Ma série pour le musée Sacem en ligne


🎧🤍✒

jeudi 22 décembre 2022

LE GOÛT DU NOUVEAU MONDE

Bonjour
Ce matin je me lève
Avec l’envie de t’écrire
Cela fait bien longtemps d’ailleurs
Que je n’ai pas pris de nouvelles
Tu t’organises toujours pour me visiter
En rêve
Alors que je ne t’attends pas
Que je ne suis ni prête ni chaussée
Alors que je voyage dans mes sueurs d’oreillers
Tu débarques et tu t’imposes
En bien et parfois en terrible
Tu reviens
Quelques secondes
Mais le message reste opaque bien souvent
Et mes chaussures me manquent 

Alors
Ce matin
Je te le demande
Et ma question me brûle
Quel temps fait-il sous ton drapeau ? 
Comment te portes-tu ? 
Est-ce que tu penses à moi ? 
Est-ce que tu peux penser à moi ? 
Est-ce possible là-bas ? 
Je ne vois pas bien les possibles de ton monde
Ni ce que tu en fais
Tu dois me raconter un peu
Pour que je dorme un peu
Trop de mystère et de manque à ranger dans le tiroir
Le tiroir trop plein ce matin
Et le cœur bien vide
Je te le demande à nouveau
Quel temps fait-il sous ton drapeau ? 
Est-ce que tu y vois plus clair ? 
Est-ce que la mer est bonne ? 
Est-ce que la mer est bonne avec toi ? 
Peut-être un peu trop large
À mon goût 

J’ai tenté le voyage une fois
Pour venir te parler
Saloperie de voyage
Il était trop tard
Tes placards vides me l’ont appris
J’étais cordialement prévenue
Mais mal préparée vois-tu
Ton départ
À cet instant
Sentait encore ta chair
Au parfum de synthèse
Celui de la dernière fois
Du dernier rendez-vous
Chaque dernier rendez-vous porte son propre parfum
Insoutenable
Massif
Privé d’avenir
Et il ne s’efface pas

Si j’avais pu mesurer
Je me revois posée
Comme une valise ouverte
Dans ce ballet d’aéroport
Étourdie et inutile
Si j’avais pu mesurer
À quel point tu me manquerais
Je me serais bien gardée de te le dire
On ne mesure pas dans ces conditions
La bouche parle malgré tout et puis
Un jour
On mesure
Je mesure beaucoup depuis 
Et la route qui nous sépare n’en finit plus de t’effacer
Chaque matin tu fonds d’avantage
Et chaque matin je mesure d’avantage
Bien-sûr qu’à ma place beaucoup pleureraient
La distance reste incompressible
Et rend nerveux
Mais
À vrai dire
Pour te parler franchement
Ce sont d’autres affaires pour l’instant
Qui m’arrachent les larmes
Des affaires moins mortes
Et à une distance plus compliquée à fuir
Tu comprends ? 

Certains jours
Tu déambules sur le trottoir d’en face 
Comme un enfant barbu et hébété
Tétant son premier Kébab 
Et je ne peux que rire
Sérieusement
Ça ne fait pas pleurer
Tu étais si beau 
Si beau
À pleurer cette fois
Et si chaud encore
Sous ta peau

On ne mesure pas dans ces conditions
Le kébab change de goût à présent et ça
On le mesure
Ma fille en raffole mais sans les oignons
Et elle n’a pas de barbe
Tu lui manques
Je dois te le dire pour que tu ne t’imagines pas des choses
Dans ton monde
On s’imagine sûrement ce qui arrange
Mais ici
On s’arrange difficilement
Et on ne s’imagine pas beaucoup
Le réel ordonne
Et oui aussi
Je t’aime
Si j’avais mesuré combien dans ce parfum d’aéroport
Je me serais bien gardée de te le taire
Mais on ne mesure pas dans ces conditions
Je t’aime
Dans la colère et l’évidence
Je t’aime en silence 
À Paris et ailleurs
Comme un mystère emballé de ruban tiède
Ce sera ton cadeau de retrouvailles
On ne fait pas un si long voyage les mains vides
Et je serai chaussée
Cette fois

Mais il te faudra attendre encore
Très longtemps en vérité
Ma valise et moi sommes en chantier
Beaucoup d’affaires à régler ici avant
Si tu permets

Quoiqu’il en soit
Tu t’épuises à nager
Dans le bleu éternel
Ni chaud ni froid
À ce que j’imagine
Un peu salé ton nouveau monde
Non ? 

Dis-moi
Papa
As-tu enfin
Retrouvé les saumons ?


🤍🤍🤍

mercredi 14 décembre 2022

DEPUIS QU'ON S'EST RENCONTRÉS

Depuis qu’on s’est rencontrés
C’est plus pareil. 

Plus du tout même.

Avant, c’est pas que j’étais seule, mais incomplète disons. 
J’avais une famille, des amis, des amours, des collègues, un entourage, tout
Tout ce qu’il faut pour aller au ciné, manger une bûche à Noël, réussir ou foirer des projets, me disputer, me réconcilier, me sentir insérée
C’est ça, insérée. 
Et c’était déjà pas mal.
Je peux même dire que c’était beaucoup, presque suffisant
Presque.

Puis on s’est rencontrés. 

C’était bizarre
Soudain
Et très progressif.  
À peine on s’est vus qu’on s’est reconnus. 
Pourtant, on a mis du temps
À se découvrir, à se comprendre, à s’accepter en l’état, c’était pas gagné
C’est jamais gagné quand on aime, même si l’amour gagne toujours
Faut rester vigilant et inventif
Alors on a inventé.
On a tout inventé. Ensemble.
Nos mots, nos câlins, nos rituels, nos silences, nos souvenirs, nos regards qui mangent, notre manière de s’apprendre
Et aussi notre manière de se rendre mutuellement indispensables
C’est indispensable.
C’est la loi de la nature on y peut rien. 

J’ai bien tenté de laisser la liberté trouver sa place
D’ailleurs j’ai réussi par moments, je la vois régulièrement s’enfiler une bière sur le canapé, cool mais attentive, des fois qu’on lui piquerait sa place justement
Ou que le lien soit plus fort qu’elle.
Parce qu’il est puissant le lien
Serré
Bien noué aux extrémités
Dès le premier jour il a été visible
En soi c’est pas un problème, c’est juste une réalité, faut faire avec
Et trouver le moyen de dilater les boucles
Patiemment
Avec le temps. 
Ça non plus c’est pas gagné, en amour les boucles adorent se crisper. 

Des heures, des nuits, des saisons, des années, on s’est reniflés, dans les moindres replis
Comme des animaux
Des animaux avec des chambres et des fourchettes
On s’est testés aussi, dans les moindres limites. 

Le nombre de fois où j’ai dit "Attention, si tu continues ça va mal finir" et ça s’est toujours bien fini, parfois même en continuant.
Le nombre de fois où on s’est manqués entre la SDB et la cuisine, manqués comme si un bras manquait, amputés. 
Le nombre de fois où on a sombré dans les mêmes draps au milieu d’une phrase, et repris la conversation à 7h du mat' là où l’on l’avait lâchée
Épuisés
Heureux.
Le nombre de fois où on s’est dit "À ce soir, fais attention, appelle-moi quand t’es arrivé, et quand tu repars, et quand ça va pas, et quand rien, appelle-moi".
Le nombre de fois où j’ai eu peur que l’avion se crashe avant d’avoir dit *Je t’aime* une vingt mille et unième fois. 
Le nombre de fois où on a voulu se coller une baffe de rage et où on s’est collé une limite à la place
Puis collés tout court pour conclure.
Le nombre de fois où j’ai fait la gueule devant les coquillettes froides parce que le bus était en retard et que la batterie était déchargée et qu’en plus j’avais pas faim, moi
J’avais peur.
Le nombre de fois où on s’est trouvés beaux en pyjamas, pas lavés depuis 24h, 48h, 72h
Nous seuls, nous seuls, nous seuls pouvons savoir cette beauté-là.
Le nombre de fois aussi où j’ai visualisé la séparation…la mise en scène, les dialogues, la nécessité, ma déchirure, nos larmes mélangées
Sur le seuil, de notre cabane, notre château, notre palais, notre empire, notre monde…unique et divisé à nouveau
Comme au commencement.

Le nombre de fois. 
Je compte même pas.
Comment compter ?
On compte pas quand on aime.
Enfin si, on compte l’un pour l’autre. 

Là, je compte faire de mon mieux
Pour que notre amour continue à sortir des lapins de son chapeau
Éternellement. 
On est si réussis sur nos photos ratées. Si parfaits.
Si seulement…le temps…la distance…la vie.

Depuis qu’on s’est rencontrés
C’est plus pareil
Tout a changé.

Tout change encore
Selon le temps, les marées, les boucles qui lâchent, les caprices du courant
Et tout changera jusqu’à la fin
Probablement.

Sauf une chose : 
Au large de nos océans
Quel que soit le sens du vent
Je les entendrai toujours m’appeler
Maman.


💗👫💞

samedi 10 décembre 2022

JUSTE UNE MISE AU POINT [PAR POINT] 🎶

1* Mater des bouffons - dirigés par des bouffons qui nous prennent pour des bouffons - se passer un ballon dans des cimetières qui ont coûté des milliers de blindes et blindés de milliers de bouffons, fait mathématiquement de moi une bouffonne 🤷🏻‍♀️

Pour autant, j'adore les matchs, les soirées pizzas bières, les prouesses des génies du stade, ET AUSSI les gens que j'aime qui les matent malgré tout en ce moment. No problem, chacun est libre j'ai rien à dire et réciproquement. 

2* Voter pour des bouffons, aux paroles et programmes de bouffons, qui nous lobotomisent comme des bouffons afin de vivre leur meilleure vie de bouffons, fait mathématiquement de moi une bouffonne 🤷🏻‍♀️

Pour autant, j'adore l'idée de démocratie, avoir le droit de vote ET de non vote, ET AUSSI les gens que j'aime qui mettent des noms dans des urnes. No problem, chacun est libre j'ai rien à dire et réciproquement.

3* Autoriser une religion, créée et orchestrée de toutes pièces par des bouffons - afin de nous contrôler et nous faire passer sans vaseline des valeurs discriminatoires et socles historiques de génocides entre bouffons - fait mathématiquement de moi une bouffonne 🤷🏻‍♀️

Pour autant, j'adore les sublimes lieux de culte, la perspective d'une dimension suprême et invisible, ET AUSSI les gens que j'aime qui mangent halal ou dorment plus paisiblement sous un crucifix. No problem, chacun est libre j'ai rien à dire et réciproquement. 

4* Ingérer des êtres avec des yeux achevés par des bouffons, dans un processus mortuaire insensé de bouffons, afin de répondre à une logique diététique préhistorique de bouffons, fait mathématiquement de moi une bouffonne 🤷🏻‍♀️

Pour autant, j'adore faire plaisir à mes proches en cuisinant leurs bêtes préférées, participer avec enthousiasme à des barbecues géants, ET AUSSI les gens que j'aime qui jouissent à ma table de leur plus fameuse entrecôte. 
No problem, chacun est libre j'ai rien à dire et réciproquement. 

5* Me faire injecter un produit obscur marketé par des bouffons, dans une politique sanitaire de bouffons afin de nous affaiblir et nous diviser comme des bouffons, fait mathématiquement de moi une bouffonne 🤷🏻‍♀️

Pour autant, j'adore la médecine, sa performance et son progrès croissants, ET AUSSI les gens que j'aime qui s'injectent ce qui leur semble bon. No problem, chacun est libre j'ai rien à dire et réciproquement. 

Conclusion : 
Je tolère, respecte et fréquente tout être humain qui défend et va au bout -  comme moi - de ses convictions. 
SAUF s'il y a danger. 
Et SAUF si la réciproque n'est pas appliquée. 

CAR je ne tolère ni ne respecte le principe de fracture et d'exclusion
Qui fait mathématiquement de moi une bouffonne 🤷🏻‍♀️

Merci à toutes celles et ceux qui respectent ça
DE CONTINUER. 

Et les autres
ALLEZ BIEN VOUS FAIRE F⚽⚽T 


🖤☮️🤍

# liberté égalité respect

lundi 5 décembre 2022

BROKEN WORLD

Ministres, Élus, Maires, Magistrats, Enseignants, Éducateurs,  Réalisateurs, Acteurs, Chanteurs, Producteurs, Photographes, Prêtres, Agriculteurs, Compositeurs, Sportifs, Présidents de clubs, Écrivains, Médecins, Journalistes,  Psychanalystes, Police, Chefs de police, Pompiers, Plombiers, Gynécologues, Chirurgiens, Taxis, Contrôleurs, Présentateurs, Chômeurs

Pères, Beaux-pères, Grands-pères, Frères, Beaux-frères, Oncles, Cousins, fils

Maris, Amants, Amis, Amis d'amis, Collègues, Patrons, Superviseurs, Managers, Mentors

Majeurs, Mineurs, Séniors, Ados
En bande, Solos

Interpellés, Non inquiétés, Protégés, À peine punis, Récidivistes, Anonymes, Médiatisés

Et 
YOUTUBEURS
#icone et modèle de la jeunesse

Clairement désespérée
Soudain
Clairement envie de gerber
Soudain
Clairement pas en sécurité
Pas soudain

Dans quel monde je vis ? 
Clairement pas le mien
Putain


🤮💔🥺🥶

vendredi 2 décembre 2022

#MAMMOGRAPHIE

Si un jour
Quelque chose dedans
Se dégrade brutalement
Ne m'en parlez pas
Parlez-moi seulement de la mer
Je saurai que c'est le moment
De m'y abandonner
💙*♡∞:。.。🤍。.。:∞♡*💙

C'est ce que je peux dire ici
Chaque année
Le sein écrasé
Face à cette baie vitrée
Et ce bleu infini.............. 



#mammographie
#nice
#ladouleurestmoinspenible
ausoleil

jeudi 1 décembre 2022

MON MEC IDÉAL

Je l’ai toujours voulu compréhensif

À l’écoute 
Patient
Surtout patient
Même dans les embouteillages
Surtout dans les embouteillages. 

Je l’ai toujours voulu propre
Intelligent
Divertissant
Même le dimanche
Surtout le dimanche.

Je l’ai toujours voulu autonome
Investi
Dans le ménage
Dans la cuisine
Dans la feuille d’impôts.

Je l’ai toujours voulu sexy
Soigné
Dans le coup
À mon goût
D’abord à MON goût
Avant le sien. 

Je l’ai toujours voulu créatif
Audacieux
Dans MON univers
La déco c’est moi
Sinon j’panique. 

Je l’ai toujours voulu fidèle
Sans que je le sache
Surtout sans que je le sache
Sinon j’m’ennuie.

Je l’ai toujours voulu prêt à la discussion
Quand c’est moi qui suis prête
Uniquement. 

Je l’ai toujours voulu ferme
Intraitable
Dans son job essentiellement
Pour le reste
J’ai toujours voulu le dernier mot. 

Je l’ai toujours voulu viril
Massif
En cas d’agression essentiellement
Pour le reste
J'ai toujours voulu la délicatesse.  

Je l’ai toujours voulu drôle
Avec subtilité
Sans dérapage
Contrôlé. 

Je l’ai toujours voulu riche
Avec discrétion
Sans arrogance
Sur mesure.

Je l’ai toujours voulu mystérieux
Pour les autres, pas pour moi
Ça me fatigue, le mystère. 

Je l’ai toujours voulu bricoleur
Mais sans le bricolage
Juste pour la science
Ça fait transpirer le bricolage
Et ça
J'ai jamais voulu. 

Je l’ai toujours voulu sensible
Mais sans pleurnicheries
C’est mon business les pleurnicheries
Chacun ses armes. 

Je l’ai toujours voulu libre
Du moment qu’il me consulte. 

Je l’ai toujours voulu indépendant
Du moment qu’il a besoin de moi
J’en ai besoin.

Je l’ai toujours voulu plus grand que moi
Mais à peine
À peine seulement
La taille des talons
Pas plus. 

Je l’ai toujours voulu fantaisiste
Mais à peine
À peine seulement
La taille de ma bonne humeur
Pas plus. 

C’est comme ça que je l’ai toujours voulu
Mon mec idéal
Mon mec du 21ème siècle.
C’est comme ça quand on est
Une femme idéale
Une femme du 21ème siècle.

Maintenant
Je veux ce que j’ai mis des années
À pas vouloir.

Maintenant
Je veux un homme
Seulement un HOMME. 
À peine
Pas plus.

♛┈⛧┈┈•༶


💋💋💋

mardi 29 novembre 2022

LE BERCEAU DE LA GUERRE

Dans ce lit se couche
Tous les soirs
Un ado.

Un ado comme tant d'autres
Avec des poils et des rêves
Qui poussent
Avec des  devoirs et des choix
À faire
Avec des adultes et des écrans
Qui s'occupent de lui.

Un ado en train de se découvrir
Dans ses possibles et ses limites
Un ado en train de se chercher
Dans ses doutes et ses doudous
Un ado qui s'endort
Avec le double espoir
Que la nuit
Lui offre de beaux rêves
Et que la vie
Se charge de les réaliser.

Un ado qui, encore hier
N'était pas plus grand
Que le petit pingouin du fond
Un ado qui, encore dans 30 ans
Ne sera pas vraiment rassuré
Quand la nuit tombera
Et que personne ne viendra le border.

Dans ce lit se sont probablement couchés
Un jour
Tous les ados qu'on appelle aujourd'hui
Des hommes.
Ces hommes
Qui font comme ils peuvent
Avec ce qu'on leur a donné
Qui font comme ils savent
Avec ce qu'on leur a appris
Qui font comme ils croient
Avec ce qu'on leur a pas dit.

Comment un lit
Comme celui-ci
Avec des arbres, des ours et des pingouins
Peut-il avoir été le berceau
De la violence, de la déviance et du déclin ?

Au cours de quelle nuit
Le rêve de voler s'est transformé
En rêve de violer ?
À quelle heure égarée
Le baiser chaud posé sur le front s'est transformé
En souffle glacé ?
À quelle saison funeste
Sont tombés les bras des doudous pour repousser
En armes chargées ?
Dans quelle aube décolorée
S'est imbibé de sang
Cet oreiller de lait ?
Quel vent a mal tourné
Et décapité
Princes et chevaux blancs ?

Dans CE LIT se sculptent
Nuits après nuits
Nos avenirs musclés et puissants
Abritant les rêves
De nos petits garçons.

C'est dans CE LIT
Que tout se construit
C'est dans CE LIT
Que tout se joue
Et c'est CE LIT
Qu'il faut
Chaque soir
Inonder d'amour.

PARCE QUE C'EST DE L'AMOUR
QUE CE LIT
DOIT DEVENIR LE BERCEAU.


★❤💣💔★

dimanche 20 novembre 2022

Tabou du dimanche # simplement [de son vivant] se remercier

⋇⋆✦⋆⋇ 

Sandra
Enfant de la nuit
Bonjour

D'abord, je vais te dire l'essentiel
C'est essentiel, l'essentiel
Je t'aime. 
Je t'aime aussi large que le visage de l'univers
Où je vois deux petites et perçantes étoiles camaïeu
Tes yeux
Tes yeux qui mangent le monde
Avec leur air de gravité et leur musique aiguë
Pure et intense

Je veux te dire aussi
Merci
D'avoir traversé les déserts et les océans déchaînés
Pour donner vie à la femme que je suis
Légère comme un nuage doré
Et puissante comme les chevaux ailés
Merci
Pour ces paillettes que tu t'accroches encore aux paupières
Merci
Pour tes doigts usés
Par la folie de ta poésie
Merci
D'avoir fait de mon souffle une musique continue
Dans tous ces silences parfois insoutenables
Merci
D'honorer mon corps unique
Par la grâce de tes marques du temps
Merci
D'avoir su rire avec bruit quand mon coeur se noyait en silence
Merci
De me montrer l'invisible
Merci
De faire pousser un jardin multicolore sous chaque pas de mes baskets blanches
Merci
De prendre soin de mon âme
De celle du monde
Et de celle de la lune qui veille 
Comme un phare dans la nuit

Je veux te dire aussi
Bravo
De toujours recommencer
Sans pleurer ce qui est mort
Bravo
De toujours réinventer
Sans avoir la notice
Bravo
De toujours danser
Dans ton mouvement animal
Au sommet des montagnes inaccessibles
Bravo 
De mettre ton feu dans les coeurs abandonnés sous la neige
Bravo
De toujours me prendre par la main pour que je garde la verticale
Même quand l'air est lourd 

Je veux te dire aussi
La confiance que j'ai en toi, en nous
Depuis ton premier cri
Ce cri déchiré de bébé bleu océan
Déjà
Je veux que tu saches
Le bonheur que je bois dans cette sublime coupe
Chaque fois que le soleil se lève sur tes lèvres
Et qui éclaire la maison qui nous contient

Sandra
Tu es belle
Tu es vraie
Tu es le rythme qui chante sur le fil de ma respiration
Les astres sont fiers de toi
Et moi
Je suis toi
Dans cette même fierté
Innocente et puissante
Qui coule dans mes veines

Une chose encore
Je t'aime
Je te l'ai déjà dit
Jamais je ne le dirai assez
Et jamais tu ne le sentiras assez
Mais on s'en fout
Buvons des élixirs roses
Mangeons des tableaux de maîtres
Prenons des douches nues sous l'azur
Déchirons la peau de nos doigts et le silence du fond des mers
Fumons sous la douche et sous la pluie et sous tout ce qui essayera d'éteindre nos braises

Tu comprends Sandra hein? 
Tu comprends bien 
Oui
De quoi je te parle aujourd'hui? 
Je t'en parlerai demain aussi
Et après demain
Et après après demain
Jusqu'à ce que nos voix ne fassent plus qu'une
Comme au commencement
Garde ma main
S'il te plaît
Et continue de me montrer
Tous les possibles
De tous les mondes
Et surtout
Tous les possibles
De ton monde
Dans lequel je nage
À contre-courant
Comme les saumons
À la recherche de l'origine
Et son odeur de mystère

Astrale
Voilà ce que tu as fait de moi
Un être astrale
Dans tes aurores
Boréales. 

Grande Sandra...à...Petite Sandra. 

♥*♡∞:。.。💞。.。:∞♡*♥


samedi 5 novembre 2022

PEINE DE VIE

Personne
Personne jamais
Ne me regarde
Comme ça
Personne jamais
Ne prends soin de moi
Comme ça
Personne jamais
Ne me respire
Comme ça
Personne jamais
Ne me sait me lire
Comme ça

Comme ça c'est comment ? 
Comme ça c'est... 
C'est... 

C'est des océans de tendresse dans les yeux
C'est des rivières de miel dans la voix
C'est des lacs de nuages dans les bras
C'est des cascades d'étoiles sur la langue
C'est des mots inventés pour sucrer le café
C'est de la joie toute une nuit sous la pluie
C'est la vérité ou rien ou alors la vérité
C'est des mains déchirées qui creusent chaque jour un peu plus près de la lune
C'est ne jamais rien finir et  recommencer
C'est rire quand le coeur tombe
C'est pleurer d'être aimé
C'est se manquer le temps de la douche
C'est noyer la conscience dans le torrent d'un baiser
C'est moins d'air dans les poumons à chaque au revoir
C'est dire oui toujours sans jamais rien savoir
C'est vivre l'amour juste en se passant le sel
C'est cueillir les limites et les mettre dans des vases
C'est fabriquer une balançoire pour la folie
C'est le sommeil qui compte les moutons de sa disparition
C'est si grand que la raison se perd
C'est si bon que manger n'existe plus
C'est fort comme une camisole de soi[e]
C'est des bols de diamants dans du lait entier
C'est l'odeur de la nuque en GPS
C'est ce qui prend des siècles pour ne servir qu'une fois 
C'est ce mystère de deux mondes qui rend jaloux l'univers
C'est une hypothèse irréfutable
C'est la vie qui se met à table
C'est la mort qui veut changer de vie

Oui
C'est comme ça
Comme jamais personne
Comme jamais rien
Comme jamais avant
Comme jamais après
C'est comme ça
Oui
Comme ça
Que je suis condamnée
À la peine de vie
À perpétuité

Sans dormir
Puisque désormais
Je n'aurai rien de mieux
À quoi rêver


☁🤍☁

lundi 31 octobre 2022

# Tabou du lundi // DÉCEPTION

Déception
Déception
Déception
Soudain
Soudain ce mot
Tellement familier
Parce que tellement inévitable
Devient étrange
Étranger même

Me décevoir
Ça va
Ça va dans le sens où ça n'engage "que" moi
Même si moi c'est beaucoup au fond
Mais à la surface pas d'éclaboussures
Et j'y tiens
Plus que tout
Que ce soit mal ou bien j'y peux rien
Ne pas faire de mal
Ne pas déranger
Ne pas peser
Consciemment en tout cas
J'y tiens
Je suis faite comme ça

Mais décevoir
Un.e autre que moi
C'est... terrible... 
Insoutenable
Même si en "théorie" c'est pas MON problème
# Bible du développement perso *Évangile selon Ste Nature & Découvertes
Où la question de la déception de l'Autre se boucle par "on y est pour rien si autrui a des attentes, on n'est pas responsable des projections de l'entourage, et bla et bla et bla"
En "pratique" C'EST un problème
# Bible de la vraie vie * Évangile selon Ste Réalité
J'y suis forcément pour quelque chose si quelqu'un que j'aime est déçu par moi
Forcément
Soit j'ai mal communiqué
Soit j'ai agi dans un timing trop brutal
Soit j'ai moins fait attention à la sensibilité
Soit aussi j'ai carrément fait de la merde, même si j'ai comme tout le monde le droit d'en faire
J'ai de toute façon une forme de responsabilité dans la déception que j'inspire
Peu importe la raison et le degré

Et ça
Ça
J'aime pas
Pas du tout
Aucun bouquin ou divan ne changera ça
Simplement parce que
C'est une question de sentiment
Et seule moi traverse sa nature
Et puis
Bien-sûr que quelqu'un que j'aime et chéris peut avoir des attentes
Pourquoi pas? 
J'en ai bien moi pour moi-même
Et pour les autres aussi
Par exemple une
Et pas la plus simple:
L'amour inconditionnel. 
Alors si l'Autre a l'amour conditionnel
Et qu'il attend de moi que je n'abîme pas sa confiance
Bein il a le droit. 
C'est pas pratique
Peut-être même pas éthique
Je m'en fous
Décevoir me flingue. 
Et j'ai déçu
Point. 
Et ça me déçoit
Point. 

Que faire avec ça maintenant ? 
Accepter que j'ai déçu
Et aimer inconditionnellement
Les 2 déçus ? 
Oui 
Puisque c'est mon attente
Je peux pas faire d'elle une troisième déçue
Non. 

Certains déçus m'indiffèrent 
Honnêtement
Juste parce qu'on navigue pas dans les mêmes sphères
Simplement. 
Mais d'autres
Rares
Comme les doigts d'une demi-main
Qui produisent l'oxygène
Indispensable à mon monde
Me terminent
Dans la déception
Simplement. 

Mais
Quand même
C'est pas simple
Toutes ces notions
Ça fait pas du bien
Toutes ces notions
Rester Soi en intégrant l'Autre
Être vrai en ménageant l'Autre
Cultiver l'inconstance en restant crédible
Aimer en comprenant de pas être compris
Suivre son coeur en risquant d'en écorcher certains
Faire toujours de son mieux en sachant clairement que ce mieux ne suffira jamais
C'est bien galère tout ça franchement
Parce que
Quand on aime
Vraiment
Y a plus de notion qui tienne
Y a de la peine
Et de la peur
De perdre le lien
Et c'est humain
Ou sinon
On est un chien
Point. 

D'ailleurs
C'est bien, un chien
À part la gamelle et le parc
Il attend rien
Et il a pas de notions qui lui collent aux bask
Un os un câlin et c'est ok

Mais bon
Je parle pas le chien
Et j'aime pas jeter des bâtons
Ni la bave en continu
Dommage
Je vais devoir mettre un collier à ma déception
L'adopter
L'apprivoiser
La dresser
Lui faire une place d'honneur dans la maison
Parce qu'elle est là
Super là oui
Aussi imposante qu'un Husky
En beaucoup moins noble
Tant pis
Elle me piste partout
Me lèche le visage sans consentement
Aboie si je tourne le dos
Réclame une blinde d'attention
Je vais en prendre soin donc
Pas le choix

Et 
Peut-être
Un jour
Ceux que j'ai déçus
Lui feront un câlin
On sait pas
Peut-être
Peut
Être
... 

**•̩̩͙✩•̩̩͙*˚ ˚*•̩̩͙✩•̩̩͙*˚*



©️ Mélina Cointe

lundi 24 octobre 2022

VISION[S]

 Vision[s]
Au coeur d'une soirée simple
Quasi banale
Entre bougies et ballons coeurs
Vision
Fulgurante

Trois hommes
Pas un
Pas deux
Trois
Et moi
Trois générations
Trois parcours
Trois sensibilités
Trois éducations
Trois génétiques
Trois héritages
Et une seule sensation: 
La paix. 
Parce que
Un seul facteur commun :
La conscience. 

Conscience de ce qui entoure
Permet de respirer et voir plus grand
   La nature
Conscience de ce qui reflète
Permet de se construire et vibrer plus loin
   L'Autre
Conscience de ce qui est bon
Profondément pour soi et sa vie
   L'Amour
Conscience de ce qui se respecte
Permet de dialoguer avec n'importe quel miroir en ami
    La loyauté
Conscience de ce qui est précieux
Permet de cultiver sourire et chaleur
    La bienveillance
Conscience de ce qui est sacré
Permet de se sentir un homme digne et reconnaissant
   La mère

LA CONSCIENCE. 

Ça paraît simple
Quasi simpliste
Mais non
C'est puissant
C'est la base
  La base de ce sentiment de paix
Que je cherche partout ailleurs sans succès
Sauf là
Maintenant
Sans prévenir
  La base de ce sentiment de sécurité dans cet espace privé
Que je fantasme dans l'espace public
Désespérément
  La base de ce sentiment d'espoir
Que, des hommes réunis  participent à l'expansion de mon âme et de mon coeur
Indiscutablement
  La base quoi. 

Et je suis foudroyée
Littéralement
Par ces trois hommes
Qui ne font qu'exister
L'un que j'ai fabriqué
L'autre avec qui je peux fabriquer
Et le troisième que j'aurais pu fabriquer

Moi qui porte une révolte large comme un fleuve et lourde comme la roche qui le borde
  Contre eux
Moi qui change de trottoirs et de rêves et d'espoirs
  À cause d'eux
Moi qui enchaîne les divans et les calmants et les pansements
  À la place d'eux
Moi qui préfère me contenter de rien et me passer de tout
  Ce qui vient d'eux
Moi qui ai mal et qui ai peur et qui ai la résignation tatouée
  Après eux
Moi
Et des millions de moi
Comme ça
Juste parce que
  Eux
Sont des millions d'eux
Comme eux

Sans conscience
Que leur mal peut refleurir
Que leur ombre peut guérir
Que leur ignorance peut s'instruire
Que leurs mains peuvent chérir
Qu'on est prévus pour s'unir
Pas se détruire
NON
Pas détruire

Vision
Dans ce salon
Le mien
Vision
Qu'au fond
Ça tient à rien
3 hommes bien
3 guitares à la main
Et moi
Qui y croit
Enfin
À ces meilleurs lendemains


🤎🥺🤍😌🤎

COMME TOUT LE MONDE

COMME TOUT LE MONDE J'ai eu des problèmes, des obstacles, des dilemmes, des déceptions, des colères, des dépressions, des impasses, des ...

Articles les plus consultés