dimanche 26 janvier 2020

JE N'AIME PAS MA MÈRE

Rien que le titre est déjà tabou
Genre "inadmissible"
Parlons même pas du concept
Genre "welcome provoc et immaturité" 
Encore moins que ça puisse sortir d'un être humain "normal"
Genre bienveillant et mentalement stable
Genre moi
Et encore moins moins moins que le chemin qui conduit ici soit pavé de conscience et d'humilité
Genre "c'est ainsi, n'en faisons pas un mélo"
Non, n'en parlons pas.
Du coup c'est ce qu'on fait toujours: on en parle pas.
Pourquoi?
On sait pas vraiment en fait
Mais on en parle pas.
C'est "mieux"
Genre "mieux pour tout le monde, mieux comme ça".
Moi je m'en parlais même pas à moi-même c'est pour dire!
Même en rêve cauchemar quand l'idée me venait de m'en parler
Dès le réveil je faisais comme si je m'étais rien dit 
Genre "tu déconnes ça se dit pas, ça se pense pas même en rêve cauchemar, oublie, c'est mieux".

Pourtant aujourd'hui là maintenant je trouve ça hyper mieux d'en parler
Hyper mieux pour moi [peut-être]
Mais hyper mieux tout court [en vrai] 
Déjà parce que je décide que je peux parler de TOUT
C'est MON parlage après tout
Et aussi parce que je décide que "je n'aime pas ma mère" c'est du même ordre que "je n'aime pas mon boss"
Ni plus ni moins
Absolument
C'est MON amour après tout
Je le connais hyper mieux que tous ceux qui prétendent décider pour les 7 milliards d'amours autres que les leurs

Je n'aime pas ma mère.
Evidemment ça génère pas les mêmes émotions
Ni la même vulnérabilité
Ni les mêmes répercussions dedans et autour
Que "je n'aime pas mon boss"
Ça c'est clair
Je suis pas complètement conne
Ni conne tout court
Mais bon j'ai pas de boss donc j'en parle pas
Et puis intérieurement c'est le même processus:
l'amour ne se commande pas, et surtout l'amour ne se doit pas.
Génétique ou pas génétique, on peut pas lutter.
Sinon
Si on décide que c'est possible de se forcer à aimer à tout prix
Genre "amour inconditionnel de la loi de la biologie"
Ben la notion d'Amour est bidon
Clairement
Puisque dans la notion d'Amour il y a celle de la liberté
Et de la vérité
Et de la valeur qu'on lui accorde.
L'amour s'inspire, se cultive, se nourrit
Et si l'amour est pas là, bein il est pas là.
Point.

J'ai toujours pensé qu'aimer ses parents c'était un devoir
Un phénomène biologiquement organisé et fatal 
Genre "gène de l'amour parental"
J'ai donc toujours cru que, juste l'idée de pas aimer un parent
Ou même seulement de l'aimer "moins" ou "pas trop", était grave
Hyper grave
Vraiment grave
Genre "fille chromosomiquement défaillante"
J'ai vraiment toujours cru ça, toujours.

Déjà parce que jamais personne m'a dit [ni même évoqué] le contraire
Ensuite parce tout le monde m'a [en fait] toujours vendu que:
l'amour parental était et devait être inconditionnel.
Genre "t'as qu'une mère, elle t'a donné la vie, profite, un jour elle sera plus là"
Bref tout ce bordel lexical
Qui m'a toujours semblé aussi infondé qu'incontrecarable
Et m'a toujours schizophrènée secrètement
Bref tout ce bordel dictatorial de la généalogie.

Comme si n'avoir qu'une mère imposait de l'aimer
Sinon => destination enfer des filles ingrates 👐
Sérieusement!
Rien à voir!
Quantité et qualité en amour n'ont aucun rapport
AUCUN
J'ai 2 sœurs et je les raffole autant [pas genre 50/50 chacune démerdez-vous]
J'ai 2 enfants et la dose d'amour se multiplie [pas genre moit-moit une semaine sur 2]
Si j'aime, j'aime.
Et si j'ai + de gens aimables dans mon périmètre
Ben je fabrique + d'amour dans mon cœur
Comme pour les fruits ou les chansons ou les peignoirs.
Un amour intense, pur, unique, exponentiel et exclusif.
La réciproque est donc valable: j'ai qu'une seule mère, et si elle ne m'inspire pas d'amour j'y peux rien.
Point.
Ok c'est la mienne, et ok que ce soit ok.
Peut-être que si j'en avais 2 ce serait pareil
C'est donc pas une question de quantité
Ni de capital-amour dédié d'office, à répartir équitablement.

Evidemment j'ai pas choisi mon entourage familial
Mais Dieu.e merci je choisis l'amour que je porte à QUI j'ai envie
Et franchement j'ai pas l'intention de laisser à QUIconque
Le choix de décider QUI j'ai le droit de pas aimer
Je trouve être la mieux placée pour le savoir
Et pour l'assumer
Et donc pour en parler. 
Et
Je n'aime pas ma mère.
[j'ai pas de boss donc on en parlera toujours pas]

J'ai vraiment bien fait le tour de la question
Un grand tour
Genre 40 ans de GRAND tour de LA question.
Pas la question: "Pourquoi je n'aime pas ma mère?"
Mais l'autre : "Pourquoi je l'aimerais?"
Et, en 40 ans, j'ai rien trouvé.
Ni en tant que mère [de moi et d'autres], ni en tant que femme
Rien. #nothing
Les femmes que j'aime, admire, respecte [y compris celle que je m'efforce d'être] n'ont rien en commun avec celle-là.
Les mères que j'aime, admire, respecte [y compris celle que je m'applique à être] n'ont rien en commun avec celle-là.
RIEN. #nothing
La réponse est donc simple: je n'aime pas ma mère.
Et c'est pas que je la déteste, la méprise ou la condamne
Soyons clairs
Ça c'était avant, dans le GRAND tour de LA question.
Maintenant c'est simple:
je me rends juste à l'évidence qu'aucun amour en moi ne lui est destiné.

Et ça, c'est prendre ma responsabilité
D'adulte
Pas de petite fille en manque ou en colère ou en souffrance
Non
Ma responsabilité d'adulte qui sait intimement
Ce qu'elle doit à cette mère: la vie
Et ce qu'elle ne lui doit pas: l'Amour.

Le mien d'Amour
Celui que j'offre sans compter et sans résister et sans forcer
Ne se doit pas.
Il EST. Point.
Et quand il n'est pas, il N'EST PAS. Point.

Tout en moi est ok avec ce constat.

Ça ne l'a pas toujours été
Dans ce tunnel sans fin où l'humain a le devoir d'aimer sa mère
Et c'était MON devoir de creuser, vérifier, admettre, assumer.
Maintenant que j'ai accompli ce devoir, MON devoir, envers moi-même
Je peux lui laisser le sien, sans exigence et sans attente.

Je n'aime pas ma mère
Et ma mère non plus n'a pas le devoir de m'aimer.
Et c'est ok.
Genre OK.

mercredi 8 janvier 2020

Un Gérard peut tout changer

Gérard
Je le connais pas
En tout cas au moment où je reçois ce message


Gérard il est comme ça:
Il aime => il dit.
C'est ce que je sais de plus à la lecture de ce message
Et aussi qu'il est spontané et curieux [manifestement]
Et aussi qu'il a bon goût [forcément]

10mn plus tard
Je sais de Gérard que:
Il vit dans le sud
Souvent sur un bateau
Souvent un livre à la main
Souvent à 1000 à l'heure
C'est ce que je sais de plus après enquête éclair
Et aussi qu'il est chevelu, atypique et passionné de livres [globalement]
Et aussi qu'il a bon goût [forcément]

"Gérard il est comme ça" me dit Elsa
"Gérard il est waouh" je me dis moi
Parce que Gérard
Il débarque de nulle part
A la fin d'une journée méga pas waouh
Et il la rend méga waouh
Gérard il est vraiment comme ça.

La vie devrait être remplie de Gérards
Même si en 2020 Gérard c'est bof un prénom dans le vent
[Même si Gérard sur son bateau il est forcément dans le vent]
En tout cas Gérard il est entré dans ma vie en coup de vent
Et a gonflé mes voiles [comme un Patrick pourrait pas le faire]

Merci Gérard
La vie est beaucoup mieux
Avec toi dedans
💖💘💝

mardi 7 janvier 2020

Cafés Bébés & Pâtes Dolce #life style

Salpêtrière 11h d'attente
Pour moi et ma voisine Napolitaine
Plantées devant les portes battantes
Devant le box des naissances


Après 18 cafés
Popo arrive en premier
C'est MON neveu que je vois
Même si lui me voit pas
Je l'aime trop déjà


Puis je repars à la maison
Avec le cœur en explosion
Et les pâtes Dolce & Gabbana
Que ma voisine Napolitaine
A mis dans mes bras
Juste avant d'y mettre
SON Adriano


Quelle joie
Mais quelle joie
Mais quelle joie
On s'imagine pas

💗💣💗

lundi 6 janvier 2020

MOTHER-DAUGHTER #no comment

Echange du jour
[En apparence banal]
Entre ma fille et moi


Echange qui révèle tout
[Cet espace pas banal]
Entre ma fille et moi
💕

#PS hyper capital: ce sont des amandes, sous film plastique, pour son goûter

vendredi 3 janvier 2020

20 [BONNES] IDÉES POUR FINIR L’ANNÉE AU TOP


⚠️ Avertissement ⚠️
Ce programme est à faire dans l’ordre
Certaines étapes peuvent heurter certaines sensibilités

  1. Poser l’intention le 31/12 au matin que tout va [bien] se passer : et tout se passera.
  2. Choisir une destination à risque pour une action basique : comme faire une manucure au Forum des Halles un 31 pendant les grèves. Idéal.
  3. Choisir la bonne teinte de vernis sur le nuancier : le rose « like a virgin » tient ses promesses en termes de conséquences.
  4. Faire de sa joie ongulaire une priorité : envoyer des selfiongles en série à ses copines en occultant la masse humaine qui s’accumule.
  5. Cultiver l’euphorie en milieu hostile : déambuler fièrement ongles en l’air avec le smartphone qui dépasse de la poche de son manteau-moumoute-fétiche.
  6. Définir ses priorités : entrer [tranquillou] chez Zara en n’ayant rien à acheter plutôt que de prendre [tranquillou] le dernier rer accessible pour se rendre [tranquillou] à son dîner de réveillon.
  7. Rester focus sur l’essentiel : tripoter en série des chemisiers à paillettes [qu’on achètera pas on le rappelle] histoire d’y faire ressortir ses nouveaux ongles.
  8. Garder Foi en l’humanité : oui le tel qui n’est plus dans la poche est forcément tombé avec consentement, et oui les gens de chez Zara sont forcément tous gentils même s’ils ont pas les ongles roses.
  9. Garder sa dignité en toutes circonstances : même en pleurs à quatre pattes au milieu des gilets licornes, se rappeler que les caméras de surveillance ne mettent pas à l’abri d’un buzz. Pleurer en cambrant le bassin version Insta.
  10. Accueillir l’amour là où il tombe : la jeune fille qui vous prend en pitié en vous ramassant avec les gilets licornes sur la tête peut devenir la femme de votre vie dans ce contexte. Really.
  11. Ne connaitre qu’UN SEUL 06 par cœur : de préférence celui de son ex d’y a 10 ans, afin de s’offrir un échange fluide et valorisant « coucou, je suis chez Zara, j’appelle du tel de ma nouvelle meilleure amie que je connais pas parce que mon tel vient d’être volé et que je connais que ton numéro et que j’ai besoin d’en parler parce que je suis encore dans la phase de déni et que normalement ma vie est super je t'assure, même si là on dirait pas au milieu de tous ces gilets licornes et de la grève, et que pardon en fait faut que je raccroche parce que ma copine doit partir, et que je voulais juste te dire que je sais pas à qui dire que j’ai rien à dire, vu que tout mon monde est dans mon tel qui a disparu dans un autre monde, bonne année ». # moment culte pour l’ego
  12. Penser à Claude Lelouch en toute situation : il est peut-être chez Zara on sait pas, et la scène déchirante de séparation entre « like a virgin » et sa nouvelle amie va probablement devenir la première de son prochain film.
  13. Suivre [sans juger] le bon sens là où il guide : wc blindés [au cas où le tel aurait eu une petite envie], la Canopée-fumeurs blindée [au cas où le tl aurait eu envie de s’en griller une], la Fnac blindée [au cas où le tel serait aller retrouver ses potes en vitrine], la boutique Orange pas blindée vu qu’elle ferme exceptionnellement maintenant [au cas où le tel aurait pu s’auto-déclarer volé et s’auto-désactiver], re-Zara re-blindé [au cas où le tel aurait attendu sa maman à la caisse après avoir feinté son kidnappeur en lui montrant les gilets licornes], bref suivre le bon sens. Sans juger.
  14. Faire un check express du processus de deuil : choc & déni : ✔️Douleur & culpabilité : ✔️ Colère, marchandage & dépression : ✔️ Reconstruction : en cours. Acceptation : on verra l’année prochaine, si l’année prochaine nous voit, Inch’Allah.
  15. Garder le ventre vide toute la journée : en prévision du bon dîner de fête qui nous attend et qui nous attendra toujours.
  16. Tirer parti de ce festival en pleurant beaucoup : c’est toujours ça de pris pour l’année suivante, et se moucher devant des caissières, des vigiles et des agents Ratp, AVEC DES ONGLES ROSES, est un grand kiff de fin d’année.
  17. Ne connaitre qu’UNE SEULE adresse par cœur : de préférence la sienne, ça permet de rentrer sans passer par la case Chenil.
  18. Faire une déclaration d’amour à son appartement : « tu es beau, tu es chaud, tu es grand, je t’aime tant, tu m’as tant manqué, jamais plus j’irai passer un 31 chez un autre que toi, on se quitte plus je te jure, regarde mes ongles ils sont pour toi, viens on se fait des pâtes au pesto-Ti’ Punch avec Patrick Sébastien, on est bien tous les 3 hein ».
  19. Faire une déclaration à son téléphone fixe : « tu es beau, tu es là, toi seul m’abandonnera pas, jamais plus je ferai un selfiongles avec un autre que toi, on se quitte plus je te jure, j’ai tellement à apprendre de toi, ton numéro ta sonnerie tout, viens on dort ensemble avec Patrick Sébastien, on est bien tous les 3 hein ».
  20. Poser l’intention le 31/12 au soir que tout s’est [bien] passé: et tout s’est passé.

# De rien. 🎁

DISASTER AREA #21

FERMÉ POUR BURNOUT 🔥🔥🔥

Articles les plus consultés