samedi 29 septembre 2018

PARIS - DEAUVILLE

Tout ce qui suit est tiré d'une histoire vraiment vraie.

Avec, par ordre d'apparition dans la vraie vie:
R. dans le rôle du déclencheur
S. dans le rôle principal
E. dans le rôle de l'amie
Uber. dans le rôle du fantôme
L'homme-capuche. dans le rôle du prédateur
SNCF. dans le rôle de la galère

Pitch: 
R. invite S. pour un we improvisé au bord de la mer, à 2h de Paris.
S. refuse, hésite, réfléchit, [re]refuse, [re]hésite, [re]réfléchit, prend en ligne le seul billet existant pour le trajet après moultes obstacles logistiques de résa, et se lève à 5h du mat' aussi fatiguée que paniquée. La mer ça va lui faire du bien. L'imprévu aussi. Le Uber commandé par E. pour pas qu'elle se dégonfle l'attend en bas de toute façon. Et S. s'est épilée de toute façon. 

Episode 1
Alors que tout est (quasi) rentré dans l'ordre, Uber n'arrive jamais. 25mn d'attente plus tard dans la nuit à 4°, S. décongèle son corps et ses neurones et se dirige vers les transports. Le bus c'est bien. Le RER aussi. De toute façon S. a beaucoup d'avance.

Episode 2
Alors que tout est (quasi) rentré dans l'ordre, S. change à Châtelet, et sent une vibe pas cool sur sa trace. C'est L'homme-capuche, qui la piste (pas vraiment) discrètement. S. déjà fébrile se met à flipper de la flippe flippante, L'homme-capuche étant (vraiment) flippant de flipperie, et évolue comme un ballon de foot dans les couloirs pour le semer. S. ira jusqu'à disparaître sous ses solaires et son écharpe, se compresser comme du papier mâché sur son siège, déplier son couple-ongles au cas où, s'éjecter de la rame de la ligne 14 pendant la fermeture des portes, et se retourner 57 fois par la suite avec des visions de capuches en série. L'homme-capuche est (normalement) semé. S. arrive comme une clandestine roumaine sur le quai vers Deauville, et prend 4 cafés parce qu'elle renverse le premier, sucre par mégarde le second, offre le 3ème à un homme roumain sans capuche, et boit le 4ème qu'elle n'aurait jamais envisagé aimer autant. 

Episode 3
Alors que tout est (quasi) rentré dans l'ordre, la SNCF annonce 20mn de retard pour le seul train de la journée vers Deauville, rapport aux travaux uniquement le we. S. évolue comme une boule de flipper entre tous les points infos pour connaitre ses probabilités d'arriver un jour à la mer, rapport à son trajet qui prévoit 1 train + 1 correspondance de 15mn + 1 car + 1 correspondance de 16mn + 1 train. S. se dit que Paris-Deauville c'est pas ce qu'on croit. S. n'obtient jamais de réponse, et monte dans le train préparée à passer sa journée à Mantes-la-JolieMoche, au mieux à Evreux. S.(en hypoglycémie) découvre dans son sac le caramel périmé qu'elle n'aurait jamais envisagé aimer autant.

Episode 3
Alors que tout est (quasi) rentré dans l'ordre, tout le wagon se met à toussoter en choeur à 5mn de la première escale. S. est tentée de faire pareil mais se retient par esprit de contradiction, jusqu'au moment où les mots "gaz lacrymo" entrent dans ses oreilles et narines médusées. S. en profite pour [re]paniquer et [re]mettre lunettes et écharpe partout sur sa tête. Est-ce que 5mn suffisent pour décéder? Est-ce que S. verra un jour Mantes-la-JolieMoche? S. n'obtient aucune réponse et ne peut boire aucun 5ème café.
S. sort enfin du train N°1, respire enfin normalement, et n'avait jamais envisagé d'aimer autant Mantes-la-MocheJolie. Le car N°1 récupère tous les rescapés en assurant que la correspondance à venir sera (normalement) assurée. S. choisit une place derrière une dame avec un chihuahua, qui peut tout à fait servir en cas d'agression. S. n'avait jamais envisagé non plus d'aimer autant les chiens de combat.

Episode 3
Alors que tout est (quasi) rentré dans l'ordre, S. en profite pour se rappeler qu'elle a envie d'uriner depuis Châtelet. S. comprend que c'est un problème, rapport au pas de WC dans ce trajet de 45mn et au pas de pantalon de rechange dans son sac de 24h. S. entame les négociations avec son périnée, et active l'appli de cohérence cardiaque. S. ne verra de ce trajet inondé de soleil que la petite boule bleue qui monte et qui descend, à raison de 12 trajets par mn, soit 540 fois. S. savoure sa victoire anatomique dans les WC de la gare d'Evreux, qu'elle n'aurait jamais envisagé aimer autant. 

Episode 4
Alors que tout est (quasi) rentré dans l'ordre, tout rentre dans l'ordre en fait. S. arrive à Deauville, 6h la séparant de son point de départ. S. sourit pour des raisons de survie avérées, remet ses solaires pour des raisons de soleil cette fois, et se dirige vers R. pour des raisons que la raison ignore. S. découvre enfin Deauville et R. qu'elle n'aurait jamais envisagé aimer autant. 

vendredi 28 septembre 2018

# Masterclass express N°2 // 4 leçons pour se faire [re]larguer utile par la personne qu'on vient de [re]larguer


Chapter 1

Leçon N°1:
toujours se mettre d'accord sur la signification des mots.
Dans le cas ici présent,"clairement" n'est pas clair.
Nous le découvrirons au chapitre 2.

⤋ ⤋ ⤋
 Chapter 2
(7 days later)

Leçon N°2:
ne largue pas toujours celui que l'on croit.
Il est possible de se faire larguer par une personne fraîchement larguée par soi.
Dans le cas ici présent, la fin du déni rendra cette personne très pas contente,
nous le découvrirons au chapitre 3.

⤋ ⤋ ⤋
  Chapter 3
(2 minutes later)

Leçon N°3:
mériter un psychopathe se mérite.
Un psychopathe mérite une forme de respect supérieure.
Dans le cas ici présent, faire les choses proprement
et rester polie n'est pas la méthode adaptée, 
nous le découvrirons au chapitre 4.

⤋ ⤋ ⤋
   Chapter 4
(2 minutes later too)

Leçon N°4:
la notion de politesse est différente dans le pays de la psychopathie.
D'où l'importance de voyager, afin de connaitre les us et coutumes de chaque espèce (en voie de non disparition hélas).
Dans le cas ici présent, la notion de "dignité" l'est aussi,
nous le découvrons avec joie.

jeudi 27 septembre 2018

Plaisir de taille

Horoscope du matin 
" Fiez vous d'avantage à la nature de ses sentiments
qu'à la taille de ses démonstrations "
Sur ce, [hyper perplexe] je vais à l'hyper pour mes pomelos du midi
Sur ce, je tombe sur la promo du jour
Option 1: l'horoscope en ligne m'a menti sur la notion de taille
Option 2: le plaisir mesure 1 mètre et on m'a encore menti
Option 3: le saucisson a aussi des sentiments

Sur ce, [hyper perplexe bis] je vais à la caisse avec mes pomelos
Et je me dis que les végétariens passent vraiment à côté d'un truc


mercredi 26 septembre 2018

LA VIE AVEC CORAZON

Avec Corazon c'est la grande vie
Celle des grandes filles qui sont restées petites
Genre québlo à 14 ans




Genre en folie à Bercy devant les pecs du chanteur-le-plus-caliente-del-fuego-del-amor 











Genre tous les prétextes sont bons pour choper un bateau qui passe et fait le tour d'une île quelconque











Genre consulter l'Oracle du Génie pour savoir si le bogosse croisé au bar-tabac est l'homme de notre vie, et quel sera notre prochain cadeau d'anniversaire parce que c'est scientifiquement prouvé









Genre démater un paquet de Butter toffee en duplex Paris-Erdeven si le relou du Mobil-home a mis plus de 10mn à répondre à un sms

ou Genre créer le Nouveau Dico de la Charcuterie à cause de mots interdits rapport à des souvenirs douloureux de "serbinettes"







Genre passer une soirée de [dé]Montanage dans une suite privée du Montana avec Bernard Giraudeau mais en fait c'était pas lui pour raison évidente de décès mais en fait on s'en est aperçues après purification du taux d'eau dans le sang






Genre faire une virée vérif de Jean-Luc-le-lymphome à l’hôpital de Vannes où la déco est hypertendance et la carte hypergastro







Genre mater en duplex Paris-Erdeven des programmes hyperculturels








Genre s'aimer de toutes les manières les plus matures possibles

mercredi 19 septembre 2018

Du souffle dans mon cœur

Ce matin
Ma petite cyber-excursion m'a menée à ce doux message
Oublié depuis deux ans dans le cyber-espace
Posé délicatement par Angélique
Une douce artiste 
Auteure Interprète Éditrice au minimum
Talentueuse Généreuse Fougueuse au minimum:


"Sandra, une parole de femme en contrepoint des sexismes ordinaires. avec ce qu'il faut de ventre, ce qu'il faut de cri. avec une espèce de brutalité subtile qui vous laisse sur le carreau tout en prenant soin de vous. mais pas trop. qui vous laisse un peu chaviré comme après un rouleau déferlé sur la grève. décoiffé mais vivant. une voix singulière comme peu s'entendent au milieu des vacarmes. de l'écrit live qui tient sur le papier. et c'est pas si courant. ça vaut d'être signalé."
Angélique Condominas


Ce message qui me remet le cœur en marche
Une seconde fois
J'ai envie de le poser à mon tour ici
Dans mon petit cyber-monde à moi
Parce que c'est ici qu'il continuera à lui donner un sens
Celui après lequel je cours parfois
Dans ma nuit
Essoufflée
Désorientée
Abandonnée
Par les certitudes
C'est ici que ce message me sert
De panneau d'orientation
De point d'eau
De défibrillateur
De tout ce qui contribue à me maintenir en vie
Je veux dire pleinement en vie
Avec le souffle nécessaire

Merci Angélique
Tu n'as pas idée de l'ampleur
De nos cyber-retrouvailles fortuites
Ce matin
💗💗💗

dimanche 16 septembre 2018

RÉCIDIVE

En février je me suis faite larguer
par sms
par un mec rencontré 15 jours plus tôt
par un concours de circonstances
par un mec amoureux transi 2h après la rencontre
par magie
par un mec amoureux transi 2h avant le largage
parfaitement
par un mec flippant d'envahissement en mode mariage/bébé/éternité
paranormal
et surtout par un mec dont je cherchais à me débarrasser
par instinct de survie

je me suis faite larguer par sms par un mec fou de moi dont je savais pas comment me débarrasser sans lui faire de la peine de peur qu'il se pende au plafond avec une mèche de mes cheveux coupée pendant les nuits où il me regardait dormir et que je croyais que la balle était pas dans son camp mais visiblement oui

Par moments je me demande ce qui tourne pas rond


Aujourd'hui ça fait 2 mois que j'essaie de me [re]faire larguer
par tous les moyens possibles du manuel de [re]largage en 27 leçons
par le même mec [re]rencontré par un [re]concours de circonstances
parfois le karma
par le même mec flippant avec les [re]mêmes attentes
parfois on change mais là euh non
par le même mec en mode j'ai pas de vie/file-moi la tienne
parfait on va faire ça
par les mêmes probas de suffocation en automne qu'en hiver
pardi
et surtout par le même mec donc avec les mêmes galères associées
par définition

j'essaie par tous les moyens de me [re]faire larguer par le même mec 6 mois après un magistral largage qui m'avait autant traumatisée que soulagée au point que j'avais compris la leçon je croyais mais visiblement non

Par moments je me [re]demande ce qui [re]tourne pas rond

mardi 11 septembre 2018

Mai 68 VS Septembre 2018

Pour conserver ses droits
Un auteur doit savoir mesurer son taux d'implication
Et de dignité.
Il doit notamment savoir:


Se stranguler
dans une auberge alsacienne
 AVANT le repas
Jouer à cache cache
avec un breton
ET un drapeau slovène
Apprendre la chorégraphie 
des drapeaux européens
Piétiner la pelouse
strasbourgeoise 
du parlement européen

Ambiancer les voyageurs 
dans la Gare de l'Est 
Séduire avec un drapeau slovène

Essuyer les marches
de l'hôtel Alsace d'Illkirch
à minuit
Faire un featuring
dans un concert polonais
à l'auberge strasbourgeoise

Sourire sur une photo
de victoire
après 48h sans dormir
Finir une choucroute
10 sortes de viandes
sans vomir
Finir à 10 les 10 bouteilles
de SOS apéro
au cours d'un Trivial Pursuit
Reprendre des chansons paillardes 
avec cornemuse
devant le parlement


Ne pas se faire semer
par ses camarades
soixante-huitards

mercredi 5 septembre 2018

# LES MENHIRS ONT UN AVENIR



Suis trop contente
Je rentre de vacances
Je lâche le voilier pour le bon vieux RER B
Et bam je trouve la solution
Ça fait des mois que je la cherche
Dans les couloirs de Châtelet
Rapport à l'objet pas trop identifiable
[La position dans l'espace rend l'identité confuse]
Abandonné à la sortie des tapis roulants
Ça fait des mois que je contourne
Des mois que je fais avec
Et des mois que je repars sans
Sans plan je veux dire
Sans savoir qui contacter
Pour le recyclage du paquet abandonné
Qui a peut-être faim
Ou soif
Ou sommeil
Ou les 3 vu la motivation
Parce que clairement faut être motivé 
Pour jouer un an au menhir souterrain
Je dis ça parce que je rentre du pays des menhirs
Et que j'ai le déclic
Le paquet qu'esquivent 28 000 000 paires de pieds par an
Bein c'est un menhir urbain
Mini menhir mais menhir quand même
[Y a bien des mini humains]
Et franchement
Contre toute attente
Je trouve que les parisiens ils ont un pur instinct
De sauvegarde du patrimoine
Parce que le menhir urbain de Châtelet il est intact
Pas déplacé pas tagué pas percuté
Nickel
Un miracle
Franchement
La RATP a une occaz de rêve
De lancer une opération massive et innovante
Genre AdopteUnMenhirUrbain
La bonne nouvelle c'est que Paris est blindé de menhirs
Châtelet Réaumur Madeleine Place d'It'
Ils poussent partout les menhirs
Ça fait plaisir
Et vu qu'ils ont l'air respectés [personne les dérange]
Préservés [personne les déloge]
Et résistants [personne tient si longtemps dans cette position
A part les menhirs bretons]
On pourrait même les optimiser
En gravant dessus un p'tit rappel des directions
Pour éviter rushs et collisions
Ou en plantant un truc fun entre la 10ème et la 11ème vertèbre
Un truc de manipulation positive
Genre "Plages"
[Perso dès qu'y a marqué "Plages" quelque part j'y crois]
Avec une flèche vers la ligne 11
Avouons que ce serait canon
On irait vers la 11 dans l'illusion
Comme des joyeux moutons en bikini
Franchement
Ça se tient comme proposition
Y a toujours une solution
Suis trop contente
Suffit d'être créatif
Et de continuer à respecter le patrimoine
La Bretagne ça vous soigne
Trop bien
Suis trop contente

#welovelesmenhirsaparis



lundi 3 septembre 2018

Tout [n']a [pas] changé

Je vais le réveiller
Ça n'a pas changé
Avec un baiser
Ça n'a pas changé
Il se lève froissé
Ça n'a pas changé
Et va se changer
Ça n'a pas changé
Il zone dans son lait
Ça n'a pas changé
Devant la TV
Faut pas déranger
Ça n'a pas changé
Sans liste sans goûter
Il part au lycée
Ça va le changer
Derrière les volets
Je sens s'éloigner
Mon petit bébé
Dans mes yeux voilés
Il n'a pas changé
Derrière les volets
Je crie bonne journée
Comme depuis le CP
Pourquoi ça changerait
Il est rasé de près
Et sa voix s'est gonflée
Il a un peu changé
Faut bien l'avouer
C'est vrai 
Je sais plus quoi penser
S'il faut rire ou pleurer
Qu'est ce que ça changerait
Il a beaucoup changé
Il a tellement changé
C'est vrai c'est vrai
Je noie mes idées
Dans un autre café
Pour ne pas changer
Il peut bien aller
Là où ça lui plait
Ça va rien changer
Qu'il aille au lycée
Je le réveillerai
Avec un baiser
Je vais rien changer
Même rasé de près
Il est mon bébé
Ça n'a pas changé

Ça changera jamais

DISASTER AREA #21

FERMÉ POUR BURNOUT 🔥🔥🔥

Articles les plus consultés